Alimentation : la règle des 3 « V » du Dr Fardet

Dans cet article, je vous présente la règle des 3 « V » développé par Anthony Fardet, chercheur en nutrition qui pose les bases d’une alimentation saine et respectueuse de la planète. Son approche est inspirée des régimes protecteurs recommandés comme le régime méditerranéen ou le régime d’Okinawa.

1er V : Végétaux

Selon Anthony Fardet, sur une journée, les produits végétaux doivent représenter 85% de notre apport calorique et les produits animaux 15%. Je nuance un peu ses pourcentages car je pense qu’il est important de prendre en compte la qualité des produits animaux. Si vous consommez des produits animaux de mauvaise qualité (animaux nourris aux céréales par exemple), effectivement je vous recommande de ne pas dépasser ce ratio de 15%. A l’inverse, si vous consommez des produits dont les animaux ont été nourris à l’herbe, vous obtiendrez des produits riches en oméga 3 aux vertus anti-inflammatoires. Dans ce cas là, on peut augmenter le ratio des produits animaux.

L’idée à retenir ici pour ce 1er « V » est de consommer moins de produits animaux mais de meilleure qualité et d’augmenter sa consommation de végétaux.

Pour réduire sa consommation de produits animaux (notamment la viande), on peut remplacer par des céréales complètes, des pseudo céréales (quinoa, sarrasin), des légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots rouges, pois cassés…etc) et des oléagineux (noix, amandes, noisettes…)

2ème V : Vrai

Manger vrai signifie : limiter au maximum les produits ultra transformés. Ces produits n’ont aucun intérêt nutritionnel car ils apportent des calories vides, c’est-à-dire sans composés protecteurs pour la santé. Les procédés de transformation des produits ont un impact important sur leur composition nutritionnelle. Par exemple, le raffinage des céréales (exemple : passer d’un riz complet à un riz blanc) est un procédé qui peut entrainer jusqu’à 80% de pertes en fibres, vitamines et minéraux. Quand ces produits ultra transformés sont consommés trop régulièrement, ils constituent une menace pour notre santé.

3ème V : Varié

Manger varié, de saison, local et si possible bio (ou agriculture raisonnée).

Manger varié signifie :

  • consommer tous les groupes d’aliments (fruits, légumes, graines, légumineuses, céréales, pseudo-céréales, oléagineux, produits laitiers, viandes rouges et blanches, abats, œufs, crustacés, poissons, algues…)
  • Varier aussi les sources à l’intérieur d’un même groupe d’aliments, par exemple pour les céréales, ne pas consommer que du blé mais varier avec du riz, du quinoa, du sarrasin, de l’avoine…etc

La diversité des produits végétaux permet d’obtenir une grande variété de micronutriments tels que fibres, protéines, vitamines, minéraux, antioxydants, anti-inflammatoires. Tous ces micronutriments aident à maintenir un état de santé optimal et à prévenir les maladies.

Conclusion

La règle des 3 « V » est une approche intéressante, notamment si vous souhaitez adopter une alimentation plus saine mais que vous ne savez pas par quoi commencer.

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !!