La résistance à l’insuline : solutions naturelles

sucre

La résistance à l’insuline est un phénomène silencieux qui n’est pas dépistée dans la médecine conventionnelle et qui pourrait pourtant éviter l’apparition du diabète de type 2.

Les mécanismes de la résistance à l’insuline

Après un repas, notre pancréas secrète de l’insuline, une hormone qui permet de réguler le taux de sucre dans le sang. L’insuline va se fixer sur certaines cellules pour y faire entrer le sucre. On peut comparer l’insuline à une clé qui ouvre la serrure des cellules pour que le sucre puisse y entrer et être utilisé comme énergie.

Il arrive que ce mécanisme soit perturbé et que nos cellules deviennent résistantes à l’insuline : l’insuline est toujours secrétée par le pancréas mais l’insuline n’est plus reconnue par les cellules. Conséquences : le sucre n’entre plus dans la cellule et la glycémie augmente. Le pancréas va alors produire davantage d’insuline pour compenser et réduire la quantité de sucre dans le sang.

Cette hyper-insulinémie compensatoire permet de maintenir la glycémie à un taux quasi normal mais elle peut entrainer divers troubles métaboliques : hypertension, « foie gras », syndrome des ovaires polykystiques, obésité, troubles cardio vasculaires…

résistance à l'insuline

Quels tests pour évaluer la résistance à l’insuline ?

Les 2 tests les plus utilisés pour détecter une résistance à l’insuline sont le test Homa et le test Quicki qui se calculent à partir de la glycémie à jeun et l’insuline à jeun.

  • L’indice HOMA doit être le plus bas possible, idéalement en dessous de 1.6
  • L’indice Quicki doit être le plus haut possible, idéalement au dessus de 0.339

Quelles solutions naturelles ?

  • Favoriser une alimentation à index glycémique bas
  • Faire le plein d’oméga 3 aux vertus anti-inflammatoires
  • Pratiquer une activité physique régulière (par exemple du hiit)
  • Jeûne intermittent pour réguler le métabolisme
  • Complémentation en chrome qui augmente la sensibilité des tissus à l’insuline. 
  • Rééquilibrer le microbiote intestinal
  • Phytothérapie : berbérine, Gymnema sylvestre…
  • Gemmothérapie : bourgeon de myrtillier
  • Gérer le stress pour faire baisser le taux de cortisol, l’hormone du stress qui fait monter la glycémie !

Si vous souhaitez un suivi personnalisé, n’hésitez pas à prendre RDV.

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !!