Perturbateurs endocriniens : risques et conseils

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques étrangères à l’organisme qui interfèrent avec le fonctionnement de notre système hormonal et peuvent entrainer des conséquences désastreuses sur notre organisme : troubles de la fertilité, malformations fœtales, naissance prématurée, cancers (sein, ovaires, testicules, thyroïde…), SOPK, puberté précoce, troubles de la thyroïde…etc

Comme vous le verrez dans la suite de l’article, il est impossible d’éviter tous les perturbateurs endocriniens mais je vous recommande d’être particulièrement vigilant lors d’une grossesse car les substances toxiques vont passer la barrière du placenta et tout ce qui contamine la maman peut contaminer le fœtus.
L’enfance est également une période où il faudra être plus vigilant.

Comment agissent les perturbateurs endocriniens ?

Les hormones sont des molécules chimiques secrétées par nos glandes (par exemple la glande thyroïde) et sont diffusées dans notre organisme par la circulation sanguine. Les hormones vont circuler dans notre corps et se fixer à des récepteurs de nos cellules : cela déclenche des réactions spécifiques nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme (régulation de la croissance, immunité, humeur…etc)

Les perturbateurs endocriniens vont perturber notre système hormonal de plusieurs façons:

  • En imitant l’action d’une hormone naturelle pour prendre sa place (effet de mimétisme)
  • En se fixant sur les récepteurs de nos hormones naturelles (effet de blocage)
  • En perturbant la production et la régulation de nos hormones (effet d’interférence)

Les différents types de perturbateurs endocriniens 

  • Bisphénol A (BPA) dans les plastiques alimentaires et non alimentaires : biberons pour bébé, composites dentaires, jouets pour enfants, lentilles de vue, ustensiles en plastique, bouteilles d’eau…etc
  • Phtalates dans les cosmétiques et produits PVC : rideaux de douche, produits coiffants, cosmétiques, parfums, faux cuir, revêtements en vinyle…
  • Parabènes dans les médicaments, cosmétiques et certains aliments comme additifs alimentaires
  • Alkylphénols dans les détergents, les cosmétiques, les produits de nettoyage, les peintures, pesticides, spermicides…
  • Hydroxyanisol butylé (BHA) et le butylhydroxytoluène (BHT) : 2 additifs alimentaires
  • Cadmium dans les plastiques, verres colorés, piles et batteries au cadmium, pesticides, tabac, eau potable…
  • Ignifuges bromés (PBDE) dans les tissus, rapis, meubles, matelas, mousse des fauteuils et canapés, plastique des appareils électriques et électroniques
  • Mercure dans les thermomètres, ampoules, piles, crèmes antiseptiques et gouttes pour les yeux.
  • Plomb dans les batteries de voiture, tuyaux, peinture, bijoux en cristal, gaines de câbles…
  • Téflon et autres composés perflurorés (PFC) dans les crèmes pour le corps, traitements pour tapis, batteries de cuisine, vêtements imperméables…
  • Triclosan dans les cosmétiques (savons, dentifrice, crème à raser, démaquillant, déodorant), éponge de cuisine, vêtement de sport, jouets…)

Vous l’aurez compris, notre organisme est en contact permanent avec les perturbateurs endocriniens et malgré tous nos efforts, nous ne pourrons jamais les éviter à 100%.
Pris séparément, certains perturbateurs endocriniens sont peu toxiques mais cumulés les uns aux autres, on assiste à un vrai effet cocktail désastreux pour notre organisme.

Où se cachent les perturbateurs endocriniens dans notre quotidien ?

  • Dans notre alimentation : fruits et légumes contaminés par les pesticides, poissons contaminé par les plastiques de océans…additifs alimentaires utilisés pour conserver…
  • Dans notre cuisine : casserole et poêle en teflon, boite de conserve, tupperware en plastique, canette en aluminium, eau du robinet…etc
  • Dans notre salle de bain avec nos cosmétiques : shampoing, vernis à ongle (en tête de classement) démaquillant, gel douche, maquillage..etc
  • Dans notre chambre : enduit, colle, peinture, meubles, retardateur de flamme dans les rideaux, tapis et mousse de literie…
  • Dans le jardin : tuyaux d’arrosage, engrais, chaises en plastique, eau d’un puit
  • Chez la femme, la pilule contraceptive est également un perturbateur endocrinien.

Comment limiter notre exposition aux perturbateurs endocriniens ?

Dans la cuisine :

  • Remplacer les tupperware en plastique par des tupperware en verre
  • Ne pas faire chauffer la nourriture dans des récipients en plastique
  • Utiliser des ustensiles et batterie de cuisine en inox ou fonte

 Dans l’alimentation :

  • Privilégier les produits locaux issus de l’agriculture biologique
  • Laver les fruits et les légumes pour éliminer le plus de pesticides
  • Eviter les gros poissons qui accumulent beaucoup de perturbateurs endocriniens : saumon, thon…
  • Eviter les additifs E214-219 (parabènes) et E320 (BHA)
Source : perturbateur-endocrinien.com

 Dans la salle de bain : 

  • Choisir des cosmétiques bio avec une composition minimaliste : huiles végétales, argile verte, hydrolat, savon artisanale…etc

Pour l’entretien de la maison 

  • Aérer votre habitation tous les jours
  • Utiliser des produits d’entretien naturels : vinaigre blanc, bicarbonate de soude, savon noir
  • Eviter les aérosols et bougies parfumées

Je vous conseille de faire des cures détox dans l’année pour soutenir votre organisme dans l’élimination de ces toxiques.

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !!